Catégories
Textes_programmatiques

Renforcer les services centraux au bénéfice de tous

Certains voudraient nous faire croire que le salut de l’université passe par la dispersion des tâches communes au sein des composantes et la ventilation des responsabilités. Tous les agents BIATSS, qui font littéralement « tourner la boutique » sont pourtant parmi les nombreux héros invisibles de l’université, avec qui nous n’avons souvent de contact que quand les choses vont mal, pour se plaindre de tel ou tel « dysfonctionnement ». Évoquer une grande opération de redistribution de leurs responsabilités dans les composantes, supposées plus à même de gérer les dossiers car « au plus près » du terrain, c’est faire insulte au travail et à la compétence de ces agents. Quelle en est la perspective ? Augmenter la charge de travail de ceux qui sont en première ligne dans les composantes, au contact direct des étudiant.e.s et des enseignant.e.s-chercheur.e.s, et sans cesse interrompus dans leurs missions par des coups de fil, des courriels et l’accueil du public. Est-ce vraiment là la solution aux difficultés de l’administration centrale de Paris 1 ?

C’est une tout autre perspective que proposent les membres des listes Paris 1 en commun. Nous partageons en effet les valeurs d’un service public au service de chacun mais aussi de tous, sans différence de traitement selon la composante de rattachement. Car les services centraux sont aussi d’abord et avant tout les garants d’une égalité de traitement de tous les agents et usagers de l’université. Ce n’est pas par une politique d’atomisation de ceux-ci que se résoudront les problèmes communs de notre université. Au contraire, il convient de retisser des liens entre nous, enseignant.e.s-chercheur.e.s, chercheur.e.s, BIATSS, étudiant.e.s, en favorisant un dialogue renforcé entre services centraux, composantes et laboratoires.

Rendre à sa gestion quotidienne l’efficacité qu’elle a perdue, c’est d’abord lutter contre le turn-over ahurissant qui s’est installé dans certains services, les affaiblissant considérablement. Il est pour cela indispensable d’améliorer les conditions de travail des personnels, en ouvrant des concours de la fonction publique accessibles à des agents de notre université. À défaut, face à l’arrêt du « dispositif Sauvadet » de titularisation des agents contractuels, il faudra procéder chaque fois que possible, plutôt qu’à un renouvellement annuel synonyme de précarité, à la transformation des contrats à durée déterminée en contrats à durée indéterminée. Il est du reste impératif que les agents soient formés sur leur temps de travail afin de faciliter les évolutions de carrière, mais il est aussi nécessaire qu’ils soient correctement rémunérés et en nombre correspondant aux besoins.

Au lieu de déconcentrer et d’isoler, il faut développer une culture du travail collégial, entre services centraux et composantes, par l’approfondissement du dialogue social à l’université. Il faut également rendre aux agents des services centraux comme des composantes une marge d’autonomie, par une écoute attentive de leurs propositions et de leurs suggestions pour améliorer l’efficacité de notre université. Les personnels BIATSS doivent pour cela être davantage associés à la réussite et à la réputation de Paris 1, dans un pacte social visant à améliorer la qualité de leur environnement de travail et l’unité de notre université. Chaque année, un budget participatif sera consacré à la réalisation par les personnels BIATSS d’un projet de toute nature qui aurait pour objet de valoriser notre établissement, d’améliorer le service rendu, d’approfondir le dialogue entre les services centraux et les composantes, d’éviter les externalisations et donc de favoriser les ressources internes.

Les membres des listes Paris 1 en commun entendent que Paris 1 fasse communauté, qu’elle demeure une grande et belle université unie et refusent tout éclatement dans un système facultaire vers lequel certains proposent de la conduire. C’est ce que nous pouvons accomplir en portant Soraya Messaï-Bahri à la présidence de notre université.

Les 24, 25 et 26 novembre prochains, faites entendre votre voix : votez pour les listes Paris 1 en commun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *