Catégories
Non classé

Quels moyens pour nos missions ?

Les listes Paris 1 en commun ne font pas silence sur les contraintes financières qui grèvent depuis longtemps la capacité d’encadrement pédagogique, scientifique et administrative d’une université qui, désormais, gère la pénurie des moyens en jonglant, chaque année, avec le gel temporaire d’emplois d’enseignants-chercheurs.

Parce que l’enseignement supérieur et la recherche sont un service public, l’Etat doit en rester le financeur essentiel, à la hauteur des enjeux que constituent la formation d’une jeunesse toujours plus nombreuse et la production de connaissances nouvelles. Depuis près de deux décennies, des politiques publiques néolibérales manipulent le concept de projet et dévoient la valeur de l’excellence pour masquer la stagnation ou la réduction globales du financement de l’ESR.

Notre université est confrontée, comme beaucoup d’autres, à ces politiques. Elle en souffre plus que d’autres, d’abord en raison de facteurs structurels dont elle n’a pas à rougir, comme sa très forte population étudiante, son attractivité pour les fins de carrière, et son spectre disciplinaire qui explique en partie sa capacité réduite à obtenir des ressources propres. Mais Paris 1 n’est pas encore sortie de difficultés de pilotage et de stratégie. L’amélioration de nos capacités de gestion, de contrôle et de prévision de sa situation financière et de l’évolution de ses ressources humaines et de ses coûts structurels, est cruciale pour crédibiliser notre demande de renégociation de la dotation de l’État. Et sans un renforcement de sa stratégie, sans une vision plus claire de son avenir régional et international, l’université est mal placée pour obtenir des moyens, que ce soit par le contrat d’établissement lié à la politique de site ou par la réponse à des appels du type « investissements d’avenir ». Une bonne gestion et une stratégie d’établissement et de site plus convaincante sont les leviers de la négociation volontariste que nous conduirons auprès de notre tutelle ministérielle.

L’objectif d’une politique des moyens n’est pas le seul équilibre budgétaire, mais l’amélioration progressive des taux d’encadrement et de la politique indemnitaire, tant pour les BIATSS que pour les EC. La renégociation urgente de la dotation pour charges de service public ne dispense pas d’actions internes qui concernent, par exemple, le suivi et le développement des recettes liées à des conventions de recherche, à la formation continue, à l’apprentissage, ou à la coopération avec des acteurs publics ou privés qui partagent nos ambitions au service des étudiant·e·s, de nos campus et de la qualité de notre recherche. Les listes Paris 1 en commun ne voient aucune contradiction entre l’appel, toujours nécessaire, à un meilleur financement public, et la recherche de moyens supplémentaires à travers des dispositifs encore insuffisamment développés, dont la Fondation Panthéon-Sorbonne est un exemple.
 
« Retrouver des marges de manœuvre », au-delà de la navigation à vue, est un slogan depuis une dizaine d’années, mais reste, malheureusement, un horizon pour notre université. C’est grâce à un tel faisceau d’actions, et à notre capacité de convaincre nos interlocuteurs, qu’il pourra se rapprocher. Les listes Paris 1 en commun n’entendent pas se contenter de gérer la pénurie.

Catégories
Non classé

Défendons les libertés universitaires

Jeudi dernier, le 12 novembre, c’est à l’initiative des membres des listes Paris 1 en commun actuellement élus à la Commission de la Recherche, que le Conseil Académique de Paris 1 a voté la motion suivante : 

« Le Conseil académique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne tient à exprimer sa profonde désapprobation à l’égard du processus législatif retenu pour modifier le rôle du Conseil National des Universités, et affirme solennellement son attachement à la procédure de qualification nationale des candidats aux fonctions de professeur et de maître de conférences« .

La procédure de qualification portée par le CNU, c’est-à-dire par des enseignantschercheurs élus par la communauté scientifique nationale et reconnus pour leur expertise, est un instrument essentiel de l’université française fondée sur l’égalité de traitement de tous les enseignants-chercheurs sur le plan national. Si les procédures du CNU ne sont pas exemptes d’imperfections, rien ne justifie l’abolition de ce niveau d’expertise des candidatures dans le processus de recrutement.

Mais la remise en cause des procédures de qualification n’est pas l’unique problème que pose la LPR. Les membres des listes Paris 1 en commun partagent l’analyse selon laquelle les orientations de la LPR s’inscrivent dans un contexte global de réformes systématiques (baccalauréat, Parcoursup, concours de recrutement de l’enseignement secondaire, retraites, assurance-chômage…) qui affectent directement les conditions de travail dans l’enseignement supérieur et la recherche, et donc notre mission de service public universitaire. Alors que la crise sanitaire de la COVID 19 met rudement à l’épreuve nos universités, leurs personnels et leurs étudiants, le passage de la LPR, et notamment les amendements sur la pénalisation de débats tenus dans l’enceinte universitaire, constitue une agression supplémentaire à l’endroit du monde académique de l’enseignement supérieur français .

Les membres des listes Paris 1 en commun reconnaissent qu’on ne peut ignorer les critiques concernant le fonctionnement actuel de nos institutions. Pour autant, elles et ils entendent rester vigilants s’agissant de la mise en œuvre de la LPR si elle devait être définitivement adoptée par le Parlement.

Dès aujourd’hui, chacun doit manifester son attachement à la collégialité de nos institutions à tous les niveaux de leur exercice, non seulement en signant les pétitions visant à défendre le CNU (comme par exemple celle de la CPCNU), mais aussi par des actions concrètes qui témoignent de notre désaccord avec les instruments de cette politique délétère qui atomise la communauté universitaire et vise à nous mettre en concurrence tous avec tous. 

Suspendons jusqu’à nouvel ordre toute forme de coopération externe avec l’HCERES, le CIR, l’ANR, les jurys des concours de recrutement de l’enseignement et les jurys des concours des grandes écoles publiques, ainsi que les jurys de baccalauréat. 

Paris 1 en commun a rejoint en nombre la manifestation du mardi 17 novembre à 15h, place de la Sorbonne pour obtenir la suspension de la loi de programmation de la recherche. Appelons à signer la pétition pour la suspension de la loi de programmation de la recherche.