Profession de foi

Notre université, petit à petit, se défait sous nos yeux.

Elle se défait, d’abord, sous le coup des réformes successives qui, tout en accordant aux universités leur autonomie, ont privé les grandes universités telles que la nôtre des moyens de l’assumer, en faveur d’établissements marginaux et élitistes. La LPR, actuellement en discussion au Parlement, n’est que le dernier avatar de cette action destructrice.

Au sein de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ensuite, c’est la volonté même de faire université qui se défait. Les causes sont connues : des dysfonctionnements, des rigidités, des carences dans le dialogue et la concertation, voire des démissions de convenance, mais avant tout depuis quatre ans une gouvernance d’abord immobiliste et scandaleusement absente, qui s’est trop souvent défaussée de ses responsabilités sur les composantes sans pour autant leur donner les moyens de leur action. Depuis la rentrée, cette gouvernance s’applique de manière strictement verticale, tout en se montrant incapable de faire face aux enjeux d’une rentrée en pleine crise sanitaire.

Faut-il s’y résoudre ? Les membres des listes Paris 1 en commun s’y refusent.

Les membres des listes Paris 1 en commun , avec leur diversité d’approches, partagent les mêmes valeurs de service public, la même conception des libertés académiques et de la qualité de la recherche, le même attachement à l’enseignement face aux étudiantEs, le même objectif de les former à des métiers comme à la vie citoyenne et à l’esprit critique, la même exigence de faire vivre la démocratie universitaire et d’insuffler la collégialité dans chaque acte de gouvernance, le même désir enfin de continuer à forger l’identité scientifique et culturelle de Paris 1 et de retisser des liens entre nous, enseignantEs-chercheurEs, chercheurEs, BIATSS, étudiantEs, quels que soient nos composantes, services et laboratoires de rattachement.

Les membres des listes Paris 1 en commun portent un projet élaboré collectivement depuis un an, au service de toute la communauté universitaire – étudiantEs, enseignantEs-chercheurEs, chercheurEs, personnels BIATSS d’appui à la recherche et à l’enseignement –, avec pour ambition de permettre la réussite de toutes et tous, de favoriser les dynamiques collectives, de revendiquer et réaliser l’utilité sociale de l’université et des universitaires, et de lutter contre les discriminations de tous ordres, la précarité et la souffrance au travail. C’est cette méthode de travail, faite d’écoute, de dialogues et d’échanges critiques, qui guidera notre action. Les membres des listes Paris 1 en commun entendent que Paris 1 fasse communauté, qu’elle demeure une grande et belle université unie et refusent tout éclatement dans un système facultaire vers lequel certains proposent de la conduire. C’est l’objectif de nos cinquante propositions : refonder notre université, réaffirmer son excellence scientifique et pédagogique, rendre à sa gestion quotidienne l’efficacité qu’elle a perdue et surtout lui redonner la vision de son avenir, afin qu’elle retrouve sa juste place. C’est ce que nous pouvons accomplir en portant Soraya Messaï-Bahri à la présidence d’une université qu’elle sert depuis 8 ans avec dévouement.